SAVEZ-VOUS VRAIMENT CHANGER ? COMPRENDRE LE CHANGEMENT EN CONTINU

SAVEZ-VOUS VRAIMENT CHANGER ? COMPRENDRE LE CHANGEMENT EN CONTINU

…il y a des périodes de l’histoire qui demandent des capacités d’adaptation et d’agilité bien plus importantes que d’autres.

Je n’ai jamais rencontré de Directeur Général, de manager ou de collaborateur qui n’accepte pas d’être plus efficace et plus à l’aise pour atteindre de ses objectifs. Cependant la route vers plus d’efficience est tout sauf un long fleuve tranquille. Et finalement, peu de personnes se lancent véritablement.

L’étymologie du mot changement est très intéressante. Ce mot vient du gaulois – cambiare. Mot donné dans le glossaire d’Endlicher avec pour définition « donner une chose pour une autre » [3]. Dans le changement il y a donc une notion d’échange et qui dit échange dit : séparation et gain nouveau. Faut-il comprendre qu’il faille renoncer à une partie de nous-même pour embrasser un nouveau « nous » ?

 

 

CHANGER C’EST PERDRE

 

 

La colère et la tristesse sont souvent considérées à tord, comme des émotions négatives.

Que doit-on accepter de perdre et à quoi doit-on renoncer, du moins ponctuellement, pour arriver à changer réellement ? Si l’on se base sur la courbe du deuil d’Elisabeth KÜBLER ROSS, la réponse réside dans le fait de se remettre en question profondément sur des croyances bien ancrées. Cette remise en question se réalise au travers d’un « ascenseur émotionnel » qui n’est pas de tout repos et même assez éprouvant à vivre.

 

 

 

Si l’on regarde la courbe de plus près, on se rend compte que deux étapes sont plus difficiles à aborder que les autres. La partie qui précède la prise de conscience et la partie qui va de la prise de conscience, au plus profond de la phase de tristesse et d’acceptation. Passer par les trois émotions, la colère, la peur et la tristesse de ces deux phases que sont le choc et la remise en question est tout sauf un exercice facile.

 

La colère et la tristesse sont souvent considérées, à tord, comme des émotions négatives. Or, c’est l’unique binôme qui permette à un individu de se transformer véritablement. Toute personne désirant changer devra s’atteler et se plonger au plus profond de ces deux types d’émotions pour mieux se réinventer. Au cours de ce processus émotionnel, voici ce que l’on doit accepter de perdre (ponctuellement) pour changer :

 

  • de la confiance en soi
  • des certitudes sur ce que l’on est
  • des certitudes sur ce qui est utile ou non, efficace ou non

 

 

COMMENT SE PRÉPARER A PERDRE ET A CHANGER ?

 

 

Il faut se préparer à abandonner certains repères structurants de notre « nous passé ». Un peu comme une « petite mort ».

Perdre n’est jamais simple et il vaut mieux s’y préparer. Dans la plupart des cas, généralement des accidents de la vie, des transformations d’entreprise ou des changements sociétaux majeurs, l’être humain doit faire face à des bouleversements pourtant inattendus. Cela rend l’exercice périlleux. L’Homme a naturellement tendance à éviter au maximum ce qui va lui demander de changer en profondeur car cela lui coûte en énergie et surtout lui demande d’aller « contre » son ego. Cela lu demande d’affronter ses peurs, ses angoisses, ses fragilités, ses blessures. C’est pourtant en affrontant courageusement sa réalité qu’il peut gagner en humilité et en véritable confort de vie, y compris dans un environnement en constante évolution. Cela demande une véritable détermination et beaucoup, beaucoup de courage.

 

 

Mieux comprendre et « combattre » son ego, c’est avant toute chose lâcher prise. Il faut être capable de lâcher prise sur ce que l’on croit comprendre, sur ce que l’on croit savoir et surtout sur ce qui peut nous arriver. Pour accepter de « perdre » et d’entrer dans une zone de fébrilité émotionnelle majeure, il faut donc se préparer aussi bien que possible. Se préparer à abandonner certains repères structurants de notre « nous passé », être prêt à accepter une « petite mort ».

 

 

Se préparer à perdre revient à accomplir régulièrement 3 choses principales :

 

  • stimuler le changement profond en formalisant et en partageant des ambitions en terme de comportements idéaux. Avoir le courage de ses ambitions de vie.

 

  • demander régulièrement du feedback et rester le plus ouvert possible aux commentaires de son entourage le plus proche. Lâcher prise sur ce que l’on croit connaître ou savoir sur nous-même.

 

  • se lancer sincèrement (ce en quoi l’on croit vraiment) dans des challenges qui nous impressionnent.

 

 

J’ai croisé et accompagné beaucoup de Dirigeants et de top managers qui au travers des épreuves qu’ils ont rencontrées ont souvent essayé de changer par opportunisme ou parce qu’ils pensaient que cela serait bien vu par leurs équipes mais sans réelle détermination. Ce type d’attitude n’est pas efficient et le changement ne s’opère pas. Au contraire, cela génère beaucoup de frustration et de mal-être. Une forte déception vis à vis de soi-même sans même évoquer la déception des collaborateurs. C’est en partie pour ces raisons qu’il faut absolument trouver et donner un sens au changement que l’on souhaite opérer. Que ce changement soit sincère.

 

 

Nous venons donc d’identifier trois dimensions majeures de la préparation au changement réel :

 

  1. Le courage
  2. Le lâcher prise
  3. La sincérité

MAIS ALORS QUE VA-T-ON GAGNER ?

 

 

C’est bien la réponse à cette question qui va être déterminante dans le développement des trois dimensions que sont le courage, le lâcher prise et la sincérité. Il est donc très important d’avoir conscience des bénéfices majeurs qui vont résulter de ce changement, car s’il est vrai que notre confiance va s’étioler durant quelques jours, quelques semaines ou même quelques mois, voici ce que nous seront certains de gagner :

 

  • de l’amour propre
  • de l’estime de nous-même
  • de la sérénité

 

 

Au delà des bénéfices concrets et des différences que nous pourrons réaliser sur le terrain grâce aux changements opérés (qui sont propres à chaque contexte et à chaque type de changement), voici le processus qui nous aura permis de développer ces 3 dimension. En effet :

 

  • c’est le fait d’avoir été courageux qui aura renforcé notre amour propre. C’est tout le bien que l’on pense de soi-même. Comment ne pas être satisfait de soi lorsque l’on fait preuve de courage ?

 

  • avoir lâcher prise aura renforcé notre confiance en quelque chose de plus grand,qui nous dépasse. C’est le fait de s’en remettre à une guidance ou une destinée. Qui n’a pas besoin d’être rassuré sur son avenir ?

 

  • avoir été sincère nous rapprochera de la meilleure version de nous-même et d’une forme d’authenticité, un alignement qui remet de l’ordre dans notre être et nous permet de nous reconnecter à nous même. A nos besoins essentiels. Prendre soin de nous.

 

 

SOYEZ CONNECTÉS, GAGNEZ, PROFITEZ DES OPPORTUNITÉS

 

 

Vous aurez donc régulièrement l’occasion de vous confronter à des situations parfaites pour vous faire grandir. Le changement c’est la vie. Rien n’est figé.

Nous avons dessiné cette matrice du changement réel pour vous permettre de mieux vous confronter à cette posture du changement. Essayez à chaque situation qui vous freine ou vous déplaît de voir à quel endroit de la matrice vous vous situez réellement. Que cela soit dans votre manière d’aborder le problème ou les réponses que vous comptez lui apporter.

 

 

 

 

Si par exemple vous considérez comme une personne ouverte, que vous êtes face à une personne qui ne vous comprend pas et qu’en temps normal votre réaction réflexe est de fuir ou d’abandonner, vous vous situez dans la zone « routine ». Essayez peut-être de réfléchir de manière inédite. Et si vous alliez voir cette personne, courageusement, pour lui dire que d’habitude vous laisseriez tomber mais que cette fois vous souhaitez mieux comprendre et essayer une autre manière d’être ? Dans ce cas, vous vous situeriez dans la zone « Changement réel ». Dans une situation où vous seriez en confort émotionnel trop important, dans la zone « pépère le chat » c’est que la situation provoquée ou vécue ne serait pas assez différente de vos habitudes pour être transformante.

 

 

La vie est une succession d’épreuves et de tests. C’est d’ailleurs peut-être son sens premier. Vous aurez donc régulièrement l’occasion de vous confronter à des situations « parfaites » pour vous faire grandir. Le changement c’est la vie. Rien n’est figé. Mais il y a des périodes de l’histoire qui demandent des capacités d’adaptation et d’agilité bien plus importantes que d’autres. Nous en vivions une actuellement. Essayez de développer une certaine connexion à votre environnement, une certaine ouverture et écoute de ce qui vous entoure. Faites l’exercice d’observer des situations, des personnes, émerveillez-vous de ceux que vous croisez, de cette énergie de vie, de ce moment présent.

 

 

Adopter cette posture d’ouverture et de connexion vous permettra de mieux vous connecter à vous même, par simple effet miroir. Vous serez alors capables d’utiliser vos sens et vos capacités cognitives et émotionnelles pour détecter les situations qui sont des tremplins de votre transformation et vous y confronter avec la sincérité, le courage et le lâcher prise nécessaires à votre réinvention personnelle. Peu à peu vous apprendrez à changer plus vite, mieux et en continu. Vous deviendrez plus authentique et plus performant.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur la maîtrise du processus émotionnel et du changement continu, que cela soit à titre individuel ou collectif, vous pouvez nous contacter à http://www.napeca.com/un-cafe/ et vous inscrire à notre newsletter et consulter nos articles ici : http://www.napeca.com/blog-standard/.

 

 

Article écrit le 27.10.2018 par Selim SAADI, CEO et co-fondateur de NAPE Culture & Agility. Startup-conseil qui accompagne les réinventions et transformations des équipes de Dirigeants et top managers d’ETI et de groupes comme Google, Engie, Bertrandt, Tractebel, BDO, le PMI France.

admin

Post a Comment

Comment
Name
Email
Website