« Coach » un doc. Canal+ qui rappelle aux fondamentaux de l’humain et du management : agilité & performance en 2017

« Coach » un doc. Canal+ qui rappelle aux fondamentaux de l’humain et du management : agilité & performance en 2017

« Quand l’inspiration arrivera, qu’elle me trouve au travail… ».

Pablo PICASSO (Peintre)

 

Entre le monde du sport et le monde de l’entreprise existe une longue histoire d’amour. Cohésion, motivation, concentration, performance et engagement sont des mots que l’on retrouve depuis plus d’un quart de siècle dans la bouche des directions générales, des managers, des entraîneurs et des coach-sportifs. Des mots au cœur de team-buildings et de séminaires, avec pour les plus inspirants d’entre eux l’intervention d’anciens sportifs de haut-niveau et de coachs renommés.

manuel_herrero

Photo de Manuel HERRERO, réalisateur du documentaire « Coach ». Crédit photo Canal +

 

C’est d’ailleurs ce que faisait le père de Manuel HERRERO, réalisateur de ce documentaire « Coach » dont nous allons vous parler. Son père donc, André HERRERO ancien rugbyman à XV, est intervenu et a partagé son expérience de la gestion de l’Homme et des équipes avec bon nombre d’entreprises. Nous avons redécouvert « Coach » lors d’une mission récente pour une ETI française de conseil ayant le désir de faire évoluer son management pour être plus alignée avec l’époque, produire plus de performance et d’attractivité pour les jeunes générations. Manuel HERRERO est à cette occasion venu présenter son documentaire au Comex ainsi qu’à une bonne partie des managers Île-de-France, de cette ETI comptant plus de 1 000 collaborateurs. Nous étions quant à nous chargés d’inspirer le Comex et chargés de déployer un « LAB Expérientiel » autour du management 3.0. Le management à l’heure du digital.

 

« A travers mes rencontres, si je peux me permettre, j’ai pu observer une chose essentielle. Une chose commune à tous ces grands entraîneurs…Il ne suffit pas de dire les choses, il faut les faire et montrer l’exemple avant tout chose »

Manuel HERRERO (Réalisateur du documentaire « Coach »)

 

A cette occasion, nous avons donc pu rencontrer Manuel HERRERO et revoir ce documentaire intitulé « Coach », produit et diffusé sur Canal + en 2016. A travers cet article nous vous proposons de vivre et de partager une partie de cette aventure audiovisuelle que nous vous encourageons à visionner.

Le réalisateur Manuel HERRERO a rencontré durant plusieurs mois 7 immenses coach-sportifs de haut niveau. De la Chine à la Nouvelle Zélande en passant par la France, de l’Espagne au Kenya il a rencontré et il a cherché à percer les secrets des meilleurs entraîneurs sportifs au Monde. L’envie était donc toute naturelle d’extraire et de partager des enseignements de quelques un de ces coach qui partagent un vécu, un retour d’expérience concret sur le management de l’humain et donc de mettre en lumière ceux qui nous apparaissaient comme fondamentaux dans la façon d’aborder sur le terrain, la motivation, la cohésion et l’engagement des équipes dans les organisations. Partons donc, ensemble, à la découverte des clefs de succès de Carlos ANCELOTTI, ancien entraîneur du Real-Madrid, Philippe LUCAS entraîneur de la multiple championne de natation Laure MANAUDOU, de Graham HENRY entraîneur champion du Monde des All-Blacks, de Claude ONESTA entraîneur charismatique des Experts, l’équipe de France d’handball et de bien d’autres encore.

 

all_blacks

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

Se connaître pour mieux interagir

« J’ai mis très longtemps avant de vraiment me connaître, je savais qui j’étais dans le miroir…je connaissais ce gars-là, mais je ne savais pas encore ce que je devais faire pour obtenir le meilleur de moi-même ».

Graham HENRY (Entraîneur de rugby des All Blacks)

 

graham_henry

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

L’une des premières phrases qui résonne dans ce documentaire est celle de Graham HENRY coach des All-Blacks, la meilleure équipe de Rugby à XV de tous les temps. Voici ce qu’il dit : « J’ai mis très longtemps avant de vraiment me connaître, je savais qui j’étais dans le miroir…je connaissais ce gars-là, mais je ne savais pas encore ce que je devais faire pour obtenir le meilleur de moi-même ». Cela sonne comme une évidence mais pour obtenir le meilleur de soi et des autres, communiquer avec efficacité, il faut nécessairement se connaître et mieux connaître l’autre. Dans ce cas précis il s’agit du miroir que Graham HENRY a face à lui, l’équipe des All-Blacks. Un miroir constitué d’Hommes qui lui permettent entre autres d’obtenir un feedback permanent, d’observer les réactions lors des phases de stress et de voir si le discours et les consignes ont été efficaces et sont intégrées. C’est un repère, un guide qui permet de jauger l’efficacité de sa communication et juger de son impact.

Chez NAPE Culture & Agility c’est une dimension fondamentale d’un management « sain » que nous essayons d’appliquer de façon régulière. Par exemple, les premières questions que nous posons aux nouveaux arrivants ne concernent pas la maîtrise d’un outil comme Microsoft Excel ou Mailchimp mais plutôt des questions sur ce qui a le plus de sens pour le collaborateur : « Quelle est ta valeur phare ? », « Quels sont tes talents et ce que tu aimes faire le plus ? », « A quels moments prends-tu le plus de plaisir au boulot ou dans la vie ? ». Des questions évidemment que nous nous posons aussi à nous même très régulièrement.

Celui qui se connaît bien et en l’occurrence un manager qui est constamment dans les interactions, sera bien plus en capacité de communiquer et de reconnaitre la « valeur » et les valeurs de chacun, de connaître l’autre. Il saura s’appuyer sur les talents de ses équipes pour faire avancer tout le monde dans le même sens. Le manager efficace observe le feedback non verbal et en réalise de façon constructive et bienveillante. Il en demande également à ses équipes, ainsi il fait preuve d’humilité et de remise en question. Proche de ses collaborateurs, il apprend à partager l’essentiel avec eux. Il développe ainsi sa capacité à mieux communiquer, à instaurer de la confiance et à construire des rapports authentiques.

 

L’importance du cadre

 

« En se parlant bien, en vivant bien ensemble, en se faisant confiance, en se respectant, on pouvait arriver à des résultats exceptionnels ».

Claude ONESTA (entraîneur équipe de France de Handball)

 

claude_onesta_2

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

Pour que chaque individu de l’équipe puisse se sentir bien et « performer », il est vitale d’installer un cadre relationnel favorable à l’épanouissement individuel à l’intérieur du groupe. Un cadre qui permet de vivre les relations au sein d’une équipe de façon harmonieuse, constructive et durable. A ce titre c’est au manager avec l’adhésion de ses collaborateurs d’instaurer des règles du jeu et de vie claires et équitables garantissant le bien-vivre ensemble. C’est ce que Claude ONESTA a mis œuvre avec son équipe durant les plus grandes compétitions. Cela s’appelle l’intelligence relationnelle. Une posture et une compétence que chacun a développé au fure-et-à-mesure de son évolution dans la vie du groupe. Le prérequis étant de reconnaître ses propres besoins, se propres émotions et ainsi peu à peu, les besoins et les émotions des autres.

 

Management bienveillant : authenticité et responsabilisation

 

« Je préfère avoir un rapport sincère avec les joueurs, disons au même niveau ».

 Carlo ANCELOTTI (entraîneur Football du club du Real Madrid)

carlo_ancelotti_2

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

Carlos ANCELOTTI est incontestablement reconnu comme figurant au top 5 des meilleurs entraîneurs au Monde. La citation sur son rapport aux joueurs illustre le changement profond de paradigme du management que nous vivons actuellement. Même si sa vision est sûrement en grande partie due à son histoire personnelle, elle coïncide véritablement avec le bouleversement sociétal que nous traversons à tous les niveaux de la société. On ne peut plus manager aujourd’hui comme il y a trente ans. Tout simplement parce que les individus, parce que les rapports et les relations entre individus et générations ont changées. Le digital y est pour beaucoup, aujourd’hui on interpelle des personnalités, des politiques, des patrons, à travers des outils comme Twitter, Facebook ou Linked-in. Passer de la poussiéreuse posture hiérarchique au rapport d’authenticité et direct est devenu incontournable. Le rapport authentique dans le management simplifie et fluidifie la relation. La relation se base alors sur la confiance et sur des interactions saines et qui permettent d’aller à l’essentiel.

 

« J’aime établir des règles avec lesquels les joueurs sont à l’aise et qu’ils soient convaincus que ces règles sont justes. Quand tu abuses de ton autorité c’est déjà qu’il y a un problème ».

Claude ONESTA (entraîneur équipe de France de Handball)

 

De l’autorité à la responsabilisation, c’est également ce que l’on peut tirer de la citation de Claude ONESTA. Il a grâce à cette approche notamment remportée avec « les Experts » deux championnats du Monde et un championnat d’Europe. En faisant adhérer ses joueurs à des règles avec lesquelles ils sont pleinement convaincus, il les met dans une position de responsabilisation. Dans ce nouveau « cadre » les relations d’autorités ne sont plus la norme, une relation d’adulte à adulte, d’égal à égal est établi. Des effets ponctuels de recadrage peuvent intervenir, mais ils sont l’exception et sont souvent même gérés par le groupe lui-même. C’est un phénomène que l’on peut d’ailleurs observer dans les entreprises qui libèrent leur management. Si vous ne connaissez pas Isaac GETZ ou encore Frédéric LALOUX, qui a étudié ces entreprises de toutes tailles et aux quatre coins de la planète, nous vous conseillons la lecture de son livre et de visionner sa keynote sur le thème de « Reinventing organizations ». C’est une évidence pour tous les dirigeants et managers avertis : le management directif dans cette façon d’appréhender l’encadrement des collaborateurs n’a pas plus sa place, aussi et surtout car il n’a plus de sens.

 

La relation au centre de tout

 

« Il faut que la « nana » elle ait confiance en toi, si elle ne croit pas vraiment en ce que tu fais, si elle ne croit pas en toi, si tu ne dégages pas quelque chose envers elle, c’est très compliqué ».

Philippe LUCAS (entraîneur de natation)

 

philippe_lucas

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

La frontière entre manager et managé est parfois tellement grande que le côté humain est totalement délaissé. Nous sommes de toute évidence des êtres sociaux. Ce type de rapports déshumanisés ont donc une incidence directe sur l’efficacité du management. Au-delà de la personnalité de LUCAS ou d’ANCELOTTI, ces deux coachs d’exception nous montrent que la proximité dans la relation est un facteur déterminant pour mobiliser ses équipes.

Ce n’est pas pour rien si la plus grande école du Monde, la prestigieuse Harvard University a permis à une équipe de chercheurs de réaliser en 2014 grâce à une des plus longues études jamais réalisées à travers le Monde, que l’un des éléments essentiels du bonheur était la qualité des relations que l’humain pouvait entretenir avec ses congénères.

 

« La clé du succès d’un entraineur est dans la relation qu’il a avec ses joueurs ».

 Carlo ANCELOTTI (entraîneur Football du club du Real Madrid)

 

La confiance accordée, la reconnaissance du travail bien exécuté, l’écoute, la prise en compte des difficultés et l’accompagnement, sont autant d’éléments qui renforce la relation. Regardons de plus près ce petit morceau de citation de Philipe LUCAS : « …si tu ne dégages pas quelque chose envers elle… ». Qu’est-ce que cela peut-il évoquer ? De l’analyse que nous en faisons en tenant compte de la suite de ses propos, il s’agit d’une forme d’aura ou de charisme. Nous utiliserons ici le terme « inspiration » qui nous est cher. L’inspiration qui regroupe une forme de reconnaissance d’un talent et également d’une exemplarité et d’une forme d’énergie vitale constituée de résilience et de détermination. A moindre échelle, lorsque l’on parle de leaders ou de managers inspirants dans les organisations, c’est parce que nous sommes conscients que sans alignement minimale entre les actes, les demandes et les paroles, il ne peut y avoir de d’adhésion sincère du collaborateur.

 

les_experts

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

 

Co-construction et autodétermination pour engager

 

« Le niveau d’engagement, le niveau d’investissement, le niveau de détermination, n’a rien de comparable chez des gens qui ont le sentiment de participer à une aventure qu’ils ont choisi ».

Claude ONESTA (entraîneur équipe de France de Handball)

 

L’heure du Top-down est mort et l’a peut-être même toujours été. Imposer des règles, des manières de travailler voir même des objectifs ne fonctionne plus. L’heure est au partage, à l’échange et à définir ensemble le cape ou l’on veut aller. Pourquoi ? Car tout simplement si on construit un projet avec ses collaborateurs, au moment des difficultés et Dieu sait qu’il y en a, on se fédère et on met tout en œuvre pour que ça n’échoue pas. Participer au projet de jeu ou de vie renforce l’engagement, c’est-à-dire l’émotion positive, l’exécution d’actions poussées aux limites des compétences, des interactions élevés, des prises d’initiatives.

 

claude_onesta

Photo extraite du documentaire « Coach » réalisé par Manuel HERRERO pour Canal +.

Une série d’études dont la plus récente date de 2010, a été réalisée par l’Université de Rochester de l’état de New-York aux Etats-Unis. Suite aux premiers travaux de 2000 et 2001, il en est ressorti que l’Homme vit trois besoins fondamentaux qui peuvent être résumé de la façon suivante : utiliser son intelligence (se sentir unique et utile), grandir (se développer et apprendre) et suivre sa propre route (auto-détermination). Daniel H. PINK (journaliste et auteur américain. Assistant de Robert Reich, il est scripteur de discours pour le vice-président des États-Unis Al Gore de 1995 à 1997) nous parle dans le cadre d’une conférence TED, des motivations et des erreurs que commettent souvent les managers et « leaders » du Monde business ou sportif. Il a également écrit un livre à ce sujet : Sell Human Surprising Moving Others » paru aux éditions Paperback le 3 décembre 2013.

 

Un contexte favorable à l’agilité & aux nouvelles postures

 

« Après 2007 on a beaucoup travaillé sur la psychologie. Biologie du cerveau. Force mentale. Gestion de la pression. L’une des réflexions c’était de comprendre que l’imprévu se produit toujours. Parce qu’en ¼ de final en 2007 c’est l’imprévu qui s’était produit… ».

Graham HENRY (entraîneur de rugby des All Blacks)

L’entraîneur de Nouvelle-Zélande Graham HENRY a vécu une chose inattendue et extrêmement rare dans le sport et qui plus est, le sport de haut niveau. Perdre dans une même compétition trois meneurs de jeu. Trois joueurs au même poste. Il a donc fallu faire face à l’inattendu et assurer la continuité de la performance de l’équipe. Garder l’optimisme, le focus et la « grinta » face à ce challenge. Pour ça l’équipe était déjà dans un état d’esprit adapté. C’est évidemment ce qui a permis au nouvel entrant, Steve DONALD, avec une pression énorme (c’était juste une finale de coupe du Monde à domicile faisant suite à une coupe du Monde catastrophique 4 ans auparavant), d’être performant avec tout un groupe derrière lui. Un cadre bienveillant, de confiance qui l’a porté pour qu’à son tour il porte l’équipe jusqu’à la victoire finale.

« Nous avons eu trois blessures au même poste…mais c’est la réalité, tu dois juste avancer et faire ton boulot. Quand Steve Donald est entrée en jeu, il n’avait plus joué pour les All Blacks depuis 24 mois »

Graham HENRY (entraîneur de rugby des All Blacks)

 

Essayer de comprendre le type de préparation engagée par les All-Blacks après la débâcle de 2007, s’avère être une véritable source d’enseignements sur l’agilité et ce qu’elle peut représenter pour une équipe. On s’aperçoit alors qu’il y a un travail individuel sur les capacités à gérer le stress et la pression, mais également un travail important avec et sur le collectif. Un cadre maîtrisé, fort, avec beaucoup de cohésion, de confiance et de travail sur soi pour être en mesure d’en sortir en pack, groupé et focus sur une grande vision et non plus un objectif de victoire seul. Il s’agit presque d’une philosophie. Celle-ci consiste à garder en tête la vision finale de victoire et surtout à garder les comportements nécessaires pour y arriver. Au moment des diverses blessures, les joueurs auraient pu paniquer, entrer dans des émotions négatives, prendre ce prétexte pour inconsciemment ne plus être dans la même exigence collective. Cette façon d’aborder les choses est le résultat de tout un travail d’introspection, de meilleure connaissance de soi et du collectif. Elle est le résultat d’un travail profond, d’une organisation rendue agile. Ici l’agilité est donc une conséquence de qui a été mis en place et insufflé par le manager en amont.

 

Leadership : grandir et évoluer grâce à ses collaborateurs

 

« C’est ceux-là (les athlètes) qui vont me faire grandir, qui vont me réaliser en tant que coach…J’ai une responsabilité envers eux ».

Colm O’CONNELL (entraîneur Irlandais d’athlétisme fond et demi-fond, basé au Kenya)

 

La relation manager/managé n’est pas à sens unique c’est une évidence, mais il existe différents types d’échanges qui permettent soit aux binômes de grandir ensemble soit à chacun de perdre en confiance et en performance. C’est donc d’abord au manager de se mettre dans une posture gagnant/gagnant et d’incarner cette volonté de grandir ensemble. Ces paroles de Colm O’CONNELL citées au-dessus résonnent comme la posture d’enrichissement mutuel qui anime cette relation. La question classique souvent soulevée est « Comment faire grandir ses équipes ? ». On peut la retourner en « Comment je peux grandir grâce à mes équipes et finalement aider mes équipes à grandir ? ».

Le manager empower ses équipes et va chercher à développer le potentiel en chacun d’eux. En faisant cela malgré les difficultés et les désagréments divers, il grandit lui-même au travers de cette expérience en remettant en question ses propres pratiques et en pratiquant l’introspection. Cet état d’esprit nécessite une posture d’humilité qui n’est pas simple à adopter et qui ne se décrète pas. C’est cette posture-là, que donne comme exemple l’entraîneur Irlandais.

 

thierry_willieme_ceo_ge_capital

Inspiration de Thierry WILLIEME – PDG de General Electric Capital France – Dans le cadre d’un LAB Expérientiel réalisé en décembre 2017.

 

Chez NAPE Culture & Agility, au sein de nos LABS Expérientiels, nous travaillons beaucoup sur l’énergie, et évidemment sur cette posture d’humilité. Nous invitons des « inspirants » à venir partager humblement leurs histoires et leurs apprentissages. Nous n’avons jamais vu, en dehors du cadre familial, aucun échange plus fort et autant ré énergisant pour un individu, qu’une discussion directe et sincère avec une personne publique ou inspirante qui incarne une proximité, une authenticité et une exemplarité dans ces comportements, dans son attitude.

leader-du-3eme-type

Couverture du livre « Leaders du 3ème type » écrit par Gérald KARSENTI

 

Nous avons d’ailleurs eu le plaisir de recevoir Gérald KARSENTI il y a 1 an. Il est le Président d’HP Enterprise France et VP EMEA HP Enterprise. Il nous a énormément inspiré, nous et tous les présents. Certains en parlent encore plusieurs mois après comme si la rencontre avait eu lieu hier. Gérald KARSENTI a d’ailleurs récemment écrit un livre intitulé « Leaders du troisième type : redonner du sens à notre engagement » paru le 1 septembre 2016 aux éditions Broché. C’est dans ce livre qu’il partage toute sa conviction sur la nécessité absolue pour les leaders de notre époque de développer une humilité forte et inspirante.

 

Article co-écrit par Messaoud MAHMOUD CMO et Selim SAADI COO NAPE Culture & Agility le 27 décembre 2016.

Pour en savoir plus sur NAPE Culture & Agility, vous pouvez nous contacter messaoud.mahmoud@napeculture.com – 06 14 51 65 29 ou selim.saadi@napeculture.com – 07 62 37 56 81

 

Suivez Manuel HERRERO sur les réseaux sociaux : profil Linked-in Manuel HERRERO

 

Références :

« Coachs » – Documentaire de Manuel HERRERO co-produit par Canal + – Lien vers bande annonce

Harvard University – Grant Studyhttps://en.wikipedia.org/wiki/Grant_Study

University of Rochester – « Human motivation program » –  Lien vers article de l’étudeLien vers le programme original

Daniel H. PINK – « La suprenenate sicence de la motivation » –  Lien vers vidéo TEDLien vers livre « Sell Human Surprising Moving Others »

Frédéric LALOUX – « reinventing organizations » – Lien vers vidéo TEDLien vers livre « Reinventing organizations »

Isaac GETZ – « Libérer l’entreprise » – Lien vers vidéo TED

Gérald KARSENTI « Leaders du troisième type : redonner du sens à notre engagement » Lien vers achat livre Fnac.com

admin